30° saison

 

30e saison 2017-2018

 

Excellence,

Chers Amis Hellènes, Hellénistes et Philhellènes,

Vous allez assister à la 152e !!! conférence qui sera une tétra-conférence (ou un tétrathlon) pour célébrer 30 ans d’un voyage aux nombreuses escales : sans céder à la nostalgie, nous mesurons le chemin parcouru suivant l’évolution des idées et des recherches sur l’antiquité grecque. L’Aventure de 30ans contribua à diffuser de nouvelles compréhensions de l’antique pour l’insérer dans l’Europe moderne sur les traces d’Alexandre qui donna à l’hellénisme un élan universel que nous sommes fiers de poursuivre. Peuvent en témoigner les auditeurs fidèles ou occasionnels ainsi que notre site www.alexandrelegrand.be. Car, comme Ulysse, nous ne sommes pas sous la pression médiatique immédiatement utilitaire, mais le rêve qui nous dynamise est d’explorer l’hellénisme, source de rencontres, de découvertes et d’ouverture à l’humanisme. Notre itinéraire constitua un beau voyage et comme Cavafy le dit pour Ulysse partant de Troie pour retourner à Ithaque, l’important c’est le voyage et non l’arrivée :

Σὰ βγεῖς στὸν πηγαιμὸ γιὰ τὴν Ἰθάκη,
νὰ εὔχεσαι νἆναι μακρὺς ὁ δρόμος,
γεμάτος περιπέτειες, γεμάτος γνώσεις…./…

Quand tu partiras pour Ithaque,
souhaite que le chemin soit long,
riche en aventures et en connaissances…/…

Ἡ Ἰθάκη σ᾿ ἔδωσε τ᾿ ὡραῖο ταξίδι.
Χωρὶς αὐτὴν δὲν θἄβγαινες στὸν δρόμο…/…
Ithaque t’a offert un beau voyage :
sans elle, tu ne te serais pas mis en route…/…

Ἔτσι σοφὸς ποὺ ἔγινες, μὲ τόση πείρα,
ἤδη θὰ τὸ κατάλαβες ᾑ Ἰθάκες τί σημαίνουν.
Sage comme tu l’es devenu à la suite d’une telle expérience, tu as enfin compris ce que signifient les Ithaques. (trad d’après M. Yourcenar)

Sous l’égide du consul de Grèce à Charleroi, Polydore KOKONAS, suivi de Chronis POLYCHRONIOU, tous deux devenus ambassadeurs, en communion avec des philhellènes et Hellènes de la région de Charleroi, l’Association Culturelle belgo-hellénique « Alexandre Le Grand » a vu le jour officiellement en 1988 : l’étincelle fut l’organisation du « Concours Alexandre » qui enthousiasma pendant 12 ans des centaines d’élèves d’Humanités suivant encore le cours de grec ancien, en Wallonie et à Bruxelles.

Ce fut une action prométhéenne. Et la flamme enthousiaste fut entretenue par des conférenciers qui nous firent confiance dès le premier jour et apportèrent leur pierre à l’édifice culturel que nous voulions construire. Fidèles à l’élan d’Alexandre, qui rêvait d’une harmonie universelle en prônant la fusion dynamique des richesses spirituelles de l’Occident et de l’Orient, notre association voulait ressourcer la mémoire de l’humanisme au contact de l’hellénisme.

Car la culture hellénique vise à l’universel, oxygène des sociétés pour défendre l’ouverture d’esprit, la curiosité, la tolérance, le débat, la délibération, ferments de démocratie face à l’obscurantisme barbare alimenté par la «pensée unique étriquée» et les slogans réducteurs engendrés par une démagogie aveugle. Le débat si cher aux Anciens Grecs, la culture et l’art sont le fruit d’une fermentation et non du hasard. Par son génie visionnaire, Alexandre a donné une dimension universelle à ces valeurs qui furent exprimées par une langue qui se parle depuis 3000 ans et s’écrit depuis 2500 ans sans relâche avec une évolution faite de continuité, de ruptures et d’apports étrangers, mais des mots restent éternels et restent les moteurs de la pensée ouverte aux évolutions philosophiques et scientifiques.

Ce soir, fait exceptionnel, sont réunis quatre éminents professeurs qui, dans quatre styles, vont vous plonger dans la source de culture et d’histoire à la lumière diaprée. Ces quatre  Historiens, à la base, enquêtent dans tous les domaines de l’humain (historia, ιστορία, au sens d’Hérodote signifie enquête). Ils se mettent au diapason pour accorder les cordes de l’archéologie, de la philologie, de l’art, de la littérature, des sciences et des techniques, …, car Clio n’est pas leur seule Muse : les neuf Muses les inspirent.

Ils vont déployer moult palettes pour vous servir un portrait expressif et impressionnant. Bien que n’étant que quatre, ils sont la quintessence de recherches poussées et continuelles pour lancer des idées et distiller des réflexions pour une éducation au beau, une agathopédie, qui soit «la part des anges ». Leur musique déparasite nos cerveaux, dans la nuance, qui est une forme de subversion dans les dictatures mais une richesse dans les démocraties.

En écoutant nos quatre conférenciers, vous verrez que le passé n’est pas figé et que le présent n’est pas nécessairement en progression ni plus ouvert.  Leur enthousiasme est communicatif, ils le dispensent comme professeurs, qui marquent, sculptent et gravent leur empreinte : ils sont de ceux dont on se souvient, car ils font apprécier et aimer la Grèce d’hier pour comprendre la Grèce et les Grecs d’aujourd’hui, dans toutes leurs nuances ; et, comme l’étude des auteurs grecs anciens peut ressourcer notre pensée humaniste au niveau universel,  ils vont tenter d’extraire la substantifique moëlle de leurs réflexions en ébullition permanente pour nous ouvrir les yeux sur des enjeux vitaux.

Didier Viviers ( 1999) de l’ULB, est venu nous parler de la Crète au cœur de la Méditerranée, d’Apamée en Syrie, dont il dirige(ait) les fouilles pour lesquelles il est d’une extrême inquiétude aujourd’hui. Poïkilophrène, polyénergetique, hypertonique, Didier Viviers est d’une ubiquité intellectuelle, historique et géographique étonnante même stupéfiante qui ne concède rien à la rigueur. Il est aujourd’hui secrétaire perpétuel de l’Académie Royale de Belgique. Son propos portera sur les modèles et l’émulation.

Patrick Marchetti (1989) : l’étude des auteurs, des monnaies, des oeuvres d’art le conduit ce soir aux sciences et à leur développement en montrant la nécessité de lire et d’écouter les Anciens pour détecter et mesurer les enjeux des dérives qui nous menacent. Il répondra à la question « Quel avenir réserver à la tradition écartelée entre un développement scientifique fulgurant et une angoisse humaine latente et désarmante ? ».

Et comme la monnaie est un révélateur des faits sociétaux qui ont été inspirés par l’hellénisme,  l’historien -archéologue  -numismate Patrick Marchetti cédera la parole à l’historien -numismate :

François de Callataÿ (2001) qui auscultera les formes de démocraties pour diagnostiquer les maladies de croissance en évitant le détournement des mots, des notions et des valeurs qui mènent parfois aux dérives ou déroutes d’un système dévalué. Dans une ouverture universelle en mutation constante, il nous dévoilera des pistes de réflexions si actuelles.

Mais d’abord, nous entendrons :

Vinciane Pirenne (1997), de l’Université de Liège, qui est maintenant professeur au prestigieux Collège de France à Paris où elle a donné sa brillante leçon inaugurale le 7 décembre 2017… Elle approfondit ses réflexions sur la religion grecque, la pensée religieuse des Grecs dans l’histoire de l’antiquité gréco-romaine et orientale et les fait interagir. En dénouant les mythes, elle en dévoile de nouvelles facettes, en tire de nouveaux fils pour réfléchir le lien avec le présent, que le polythéisme antique nous permet d’avoir sur notre propre représentation du monde et sur notre rapport à la « vérité » et à l' »identité » religieuses, et cela avec rigueur et délicatesse.

Madame Pirenne, c’est à vous de relever le premier défi.

Le 16 mars 2018, Philippe VALENTIN, président.

Taille

Couleurs