à propos

 

Edito

Aperçu de la conférence du vendredi 05 octobre  2018.
Mr ANTONIO RICCIARDETTO
(Université Paris Sciences & Lettres, Collège de France, Paris, Ulg)
« Devenir médecin dans l’Egypte gréco-romaine: le témoignage des papyrus documentaires grecs »
Parmi les centaines de milliers de papyrus tirés des sables d’Égypte, où le climat chaud et sec a permis leur conservation, plus de cinq cents documents écrits en grec ont un contenu médical. Datés grosso modo de la conquête d’Alexandre le Grand, en 332 avant notre ère, à l’arrivée des Arabes, en 641/642 de notre ère, ils donnent une foule d’informations sur le genre de vie, l’état sanitaire, l’alimentation, l’hygiène, les accidents, maladies et épidémies des autochtones, ainsi que sur la démographie et l’organisation de la médecine, dont ils constituent l’une des sources principales pour l’Égypte, à côté des inscriptions, des textes littéraires et des découvertes archéologiques (y compris les restes humains).
Partant du seul contrat d’apprentissage et d’enseignement de la médecine sur papyrus connu à ce jour, nous nous intéresserons aux conditions concrètes de l’accès à la profession médicale dans l’Égypte gréco-romaine. Que nous apprennent ces documents sur la formation des futurs médecins et sa réglementation ? À quel âge entrait-on d’ordinaire en apprentissage ? Où s’effectuait l’apprentissage et quelle était sa durée ? Que sait-on du contenu de l’enseignement destiné aux débutants ? C’est à ces questions que l’on tentera de répondre, en accordant en outre une attention particulière à la réception, en Égypte, du Serment d’Hippocrate (c. 460/370 av. J.-C.), qui vient de faire l’objet d’une nouvelle édition critique par Jacques Jouanna (Paris, Les Belles Lettres, 2018) et dont s’inspire le serment que prononcent encore aujourd’hui les futurs médecins, avant d’entrer dans la carrière de praticien.
Antonio RICCIARDETTO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Taille

Couleurs